VERNISSAGE DE L’EXPOSITION “L’IMAGIER DU VIVANT” DE MARTIN JARRIE – JEUDI 16 SEPT 2021

L’Imagier du vivant / Exposition du 16 septembre au 31 octobre 2021
Vernissage le jeudi 16 septembre à partir de 18h30

« Dans la maison de mon enfance poussaient choux, haricots verts, carottes, pommes de terre, et quelques arbres fruitiers. Au bout du jardin se trouvait un clapier à lapins dont je m’approchais avec crainte, surpris par leurs brusques galopades. Des fleurs poussaient autour du puits (…) Je vis maintenant à Paris, mais je porte toujours en moi toutes ces sensations si vives de mon enfance et j’aime les faire renaître dans mes peintures. »

Au commencement de Martin Jarrie était un paysage, celui de la vallée de la Sèvre dans laquelle coule cet affluent important de la Loire qu’est la Sèvre Nantaise. Du fond du jardin de ses parents, il pouvait apercevoir la ferme Saint Martin mais également deviner sur l’autre rive, La Jarrie, dans laquelle il vécut ses premières années. Un attachement suffisamment important à ce pays d’enfance pour que Martin Jarrie choisisse comme pseudonyme d’artiste les noms de ces lieux.

” On est de son enfance comme on est d’un pays…”
Antoine de Saint-Exupéry

C’est également le souvenir de cette nature des jeunes années, toujours très présent, qui côtoie les primitifs italiens, l’art brut, les gravures anatomiques du XVIIIème siècle, le peintre américain Robert Zakanitch, le surréalisme et les catalogues de Manufrance, parmi les grandes muses de l’illustrateur et peintre français et qui donne à son travail un cachet unique.

Un petit bout de jardin, près du clapier à lapins, qui se transforme en corne d’abondance dans « L’Imagier du vivant » pour répandre sous nos yeux éblouis de citadins fatigués, fruits, légumes et animaux. Tout un univers rêvé en quelques mètres carrés…

Martin Jarrie est représenté par Adoráble ART+DESIGN gallery à La Haye, Pays-Bas.
Il a obtenu en 1997 le grand prix de la Biennale internationale de l’illustration de Bratislava pour deux albums. En 2002, « Au bout du compte » (texte de Régis Lejonc) a reçu le Baobab (prix du meilleur album) à Montreuil.
Hyacinthe et Rose » (texte de François Morel, 2011) et son ouvrage « Rêveur de cartes » (2013) ont obtenu une Mention Spéciale à la Foire Internationale du livre pour enfants de Bologne.

Depuis 2007,on peut voir ses peintures au Musée de la Chasse et de la Nature, rue des Archives à Paris. Ses œuvres ont été exposées au Japon et au Portugal où une importante exposition lui a été consacrée en 2005.
Ses travaux ont également été présentés lors de rétrospectives au Musée de l’Illustration de Moulin en 2007 et au Musée de l’électricité de Lisbonne en 2012.

L’imagier du Vivant “, éditions Seuil Jeunesse – 15,50 €

Partager :

Articles récents

Archives