Redimensions-produits-site-cover +
1-12-1971_0125-13_USA-SVLR—copie1-22-1974_0526-20a_PER-SV4—copie-22-10-1979-02-S_168508-9_10__IRA-I–SV=02-1979—copie-22-50-1988_0645-24_ULS–SV—copie3-46-2002_0407-34a_FRA—S—copie-21985-08-S_ 211537-15_01_ETH -S=08-1985 – copie1995_0110_35a_TCH-i-SVLR – copieTatars de Crimée. Crimée.
© Alain Keler / M.Y.O.P

JOURNAL D’UN PHOTOGRAPHE - Alain Keler

Édition de Juillet -

Livre signé sur demande

21,5 x 29 cm - 352 pages - Couverture toilée

45,00€

Première monographie consacrée à ce grand photojournaliste, Journal d’un photographe nous fait traverser les secousses du monde, du Nicaragua au conflit israélo-palestinien, de la Tchétchénie à la Pologne, de la Chine à la Slovaquie. Ses photos emblématiques de l’histoire récente s’accompagnent de son travail personnel, sensible et intimiste, regard émouvant sur son histoire familiale. Cet ouvrage, riche d’un corpus de plus de 200 photographies , comprendra des textes issus du blog éponyme du photographe.

« Jeune, j’allais au bout des pistes de l’aéroport d’Orly regarder les avions atterrir. Ils me faisaient rêver de toutes ces terres lointaines qui remplissaient mes livres de géographie et qui me paraissaient inatteignables. Mon premier vol m’amena en Scandinavie, début d’aventures à venir. Mais ce fut le vendredi 30 août 1968, à 23h53 à la gare de Lyon, qui restera comme le jour de la vraie rupture. C’est dans un train à destination d’Istanbul que je quittais la France, bien décidé à ne jamais revenir. Après avoir photographié pendant de très nombreuses années le tumulte du monde, j’éprouvais un besoin d’un retour sur l’intime, en me rapprochant de mes parents vieillissants. C’est à ce moment que ma mère perdit la mémoire.

Mémoire, disparition, identité sont les thèmes qui tissent ce travail photographique sur les traces de mes origines. L’image est un moyen de maintenir la vie en fixant pour toujours des évènements, petits ou grands, proches ou lointains dont nous sommes témoins et parfois acteurs. Que reste-t-il de notre mémoire, si ce n’est une photographie ? »

Alain Keler a remporté le Grand prix Paris Match du photojournalisme en 1986, le World Press la même année, et enfin le prix W. Eugene Smith en 1997.

[En voir plus]

Expédié avec amour dans la semaine

Impatients ? Contactez-nous !